Bienvenue

Vous avez franchi le seuil de notre Eglise : Soyez les bienvenus ! L'Eglise protestante est méconnue par la grande majorité des Belges. Et c'est bien connu, ce qui est inconnu fait un peu peur…


Ce site a pour but de vous aider à mieux nous connaître.


Dès les premiers frémissements de la Réforme du XVIème siècle, les Belges furent nombreux à être gagnés par ce courant de pensée, au point de faire de Bruxelles, pendant dix ans, une « République Calviniste Indépendante ». Nombreuses sont les villes belges qui firent de même et la Belgique a donc connu une époque, brève mais intense, où la religion majoritaire était le Protestantisme. Ces temps sont révolus et les Protestants sont aujourd’hui environ 100.000 en Belgique. Cela ne nous empêche pas d’être bien présents, avec une dynamique interne forte et une volonté de jouer notre rôle dans la société d’aujourd’hui, en Belgique, à Bruxelles et particulièrement à Uccle.


Le Protestantisme n’a en effet rien de monacal. Si nous ne négligeons ni la méditation ni la réflexion, nous croyons que notre foi nous conduit à nous impliquer dans le tissu social où nous sommes présents. Cette action est cependant toujours fondée et animée par notre foi. A vous, à travers cette petite brochure, de découvrir notre identité spirituelle et nos activités.


Mais ce que nous souhaitons avant tout, c’est que vous vous sentiez libres de venir nous rencontrer !


Actualités

Echos Mars 2021 :
« Un chemin de spiritualité ! »

Le premier dimanche après le congé scolaire de Carnaval nous introduisait déjà dans la période de carême. C’est le moment choisi par l’Église ancienne au IVe siècle pour inviter les chrétiens de manière particulière à prendre conscience de leur identité et surtout à vivre avec forte intensité l’Évangile, à approfondir leur vie spirituelle, à vivre dans la proximité de Christ, de Dieu.

Pourquoi ? Parce qu’à défaut de ne pas le vivre tous les jours, cette période est un rappel pour vivre intensément notre identité de disciple de Jésus Christ, témoin du Christ ressuscité.

L’enjeu est d’apprendre à toujours mieux connaître le Seigneur, afin de mieux l’aimer, et de mieux traduire cet amour par un service conséquent. De la sorte est vécu le plus grand de tous les commandements, à savoir vouer un amour exclusif à Dieu.

Le carême est donc un privilège, un chemin pour chacun de retrouver la spiritualité. L’ascèse, ou le jeûne, nous permet de nous délester des lourdeurs pour rester éveillés spirituellement. En effet, trop de pesanteurs nous empêchent de bien marcher.

En route vers la fête de Pâques, mettre les bouchées doubles sur la méditation, la prière et le jeûne ne peut qu’entraîner à plus de spiritualité. C’est le moment que j’ai choisi pour vous proposer une réflexion sur le jeûne à joindre à la méditation et la prière pour collaborer avec le Seigneur en vue de notre sanctification.

Bonne route vers Pâques !


Votre Pasteur, Luc Lukusa

Télécharger l'Echo 03/2021

Echos Février 2021 :
« Victimes ou acteurs ? »

Cela nous est tombé sur la tête sans que nous l’ayons choisi. Elle a emporté des êtres chers, elle en a marqué durablement d’autres sur le plan physique et/ou psychologique. Vous avez compris de quoi je parle, de la pandémie coronavirus. Ainsi en est-il de la plupart des événements de la vie qui nous bouleversent sans que nous en soyons responsables. Condamnés à être victimes ou acteurs ?

Cette méditation de Philippe Zeissig pourrait en inspirer plus d’un pour répondre à la question ci-dessus.

« Si la vie, c’est ce qui nous arrive, alors c’est déjà tout vécu. Car il ne nous arrive rien d’autre que ce qui est déjà arrivé à tout le monde.

Il nous arrive de tomber amoureux ; ou de tomber malade (on tombe beaucoup dans la vie) ; il nous arrive d’être grand-père ; il nous arrive d’arriver à une bonne situation ; il nous arrive de perdre un être cher. Il nous arrive un jour qui est le dernier.

On ferait aisément une liste de ce qui arrive à un homme dans la vie, et chacun verrait que sa vie est déjà tout entière là-dedans, comme les 12 coups de minuit sont déjà dans le premier.

Seulement, la vérité est que la vie n’est pas dans ce qui nous arrive. La vie, c’est ce que nous faisons de ce qui nous arrive.

Tout le monde vieillit – mais chacun a sa manière de vieillir, et c’est là que la vie de chacun peut ne plus ressembler à la vie de tous.

Tout le monde est malade, un jour ou l’autre; mais si les maladies se ressemblent, les malades sont tous différents selon ce qu’ils savent tirer de leur maladie.

Et c’est là qu’on voit des choses neuves, originales, jamais vécues par personne d’autre, qui étonnent et ravissent Dieu lui-même … notre vraie vie, quoi !»

Notre attitude intérieure qui génère des actions conséquentes, font que nous choisissons d’être victimes ou acteurs. Se battre contre une situation, refuser de subir, c’est déjà choisir d’être acteur, même si dans certaines circonstances, c’est l’événement qui prend le dessus. Avec l’aide du Seigneur, nous avons à notre disposition des ressources insoupçonnées. Puisse-t-il nous venir en aide.


Votre Pasteur, Luc Lukusa

Télécharger l'Echo 02/2021

Echos Janvier 2021 : « Bonne et heureuse année 2021 ! »

Y a-t-il du sens à présenter les vœux de bonheur et de joie en période difficile ? Vœux étant synonyme de souhaits, oui on peut souhaiter le meilleur aux siens, même si on n’a pas le pouvoir de changer les choses. La prière au Seigneur qui a tout pouvoir et dont la seule volonté se fera est une marque de foi et apporte de l’espoir et de l’optimisme.

Quoi qu’il advienne, nous pouvons nous inspirer de nos frères et sœurs dans la foi tel que nous le révèle l’Écriture pour puiser force et courage afin de traverser l’époque avec un état d’esprit semblable à celui de Siméon (Lc 2, vv22-35).

En effet, Siméon était un homme juste et pieux dont l’attitude nous apprend qu'il connaissait les prophéties, qu'il les avaient étudiées, qu'il y avait écouté les promesses du salut de Dieu, notamment chez le prophète Ésaïe (Es 49). Ce dernier a beaucoup parlé d’un avenir glorieux pour Israël, et il a parlé aussi d’un avenir encore plus riche, où toutes les nations glorifieront le Seigneur, - seul Dieu et Créateur de toute chose.

Siméon attendait le salut d’Israël. Il a écouté la Parole de Dieu grâce à l'aide du Saint Esprit, ; il a porté en lui la promesse du Messie. En effet, le projet de Dieu annoncé par le prophète Ésaïe est d’envoyer un autre Serviteur, le Messie, le Sauveur, quelqu’un qui serait capable d’accomplir la volonté de l’Éternel jusqu’à la fin.

Ainsi donc, une fréquentation des Écritures pour y écouter et recevoir les promesses de Dieu demeure vitale pour tout chrétien. Notre espérance est nourrie justement par les promesses que Dieu n’abandonnera pas son monde au pouvoir du mal. Son règne est déjà au milieu de nous, même s’il n’est pas encore totalement accompli ; il le sera bientôt lorsque Jésus-Christ reviendra dans toute sa gloire. Le Seigneur Dieu récapitulera bientôt toutes choses en Christ. Vivre dans l’attente d’un tel événement est en soi un puissant moteur pour la vie.

Signalons au passage que ce n’est tout de parler de la fréquentation des Écritures. Les scribes et les pharisiens lisaient et étudiaient aussi les Écritures, mais ils manquaient de discernement spirituel. Quant à Siméon, il était aidé en cela par le Saint Esprit sans lequel tout lecteur des Écritures risque de devenir non seulement un légaliste impitoyable, mais aussi un croyant ayant une connaissance superficielle de Jésus-Christ.

Porter en nous les promesses de Dieu quant au retour du Seigneur Jésus-Christ en gloire - c’est le plus grand événement attendu -, les méditer, les prier, vivre dans l’attente de leur accomplissement, et au quotidien, mener une vie remplie du Saint Esprit, voilà qui peut nous soutenir quelles que soient les circonstances et qui peut nourrir notre espérance, véritable antidote au désespoir, au fatalisme et à la peur.

Fort de cette espérance, je puis dire : bonne et heureuse année 2021 à toutes et à tous. Shalom.

Luc Lukusa,
Votre Pasteur

Télécharger l'Echo 01/2021